Xavier

No comments

onsieur Xavier… Si ce nom ne réveille pas en vous des souvenirs fiévreux de concerts brûlants, de refrains entêtants et de flow endiablé, c’est que vous ne connaissez pas le bonhomme. Vous pouvez avoir une excuse : il est l’un des secrets les mieux gardés du game depuis, croyez-le, une trentaine d’années !
D’abord, c’est le MC De Luxe de Svinkels, celui qui tire la gueule mais amène le groove, celui sans qui le Svink ne serait qu’un groupe de rap de blancs presque comme les autres. Mais Mr Xavier, c’est plus que ça, et ceux qui sous-estiment son job feraient bien de se pencher sur le CV de l’artiste. Prenons un peu de temps, ça vaut le coup.

Au-delà de tout ça et de la discographie assez dense de Svinkels, on retrouve notre trublion sur des projets aussi surprenants que qualitatifs. Le Lucky Boy de Dj Mehdi, c’est lui. Le morceau house culte de Ark et Mr Oizo, « Sucubz », c’est lui aussi. Des voix pour Sébastien Tellier ou Cosmo Vitelli, des morceaux et lives remarqués avec Juan Rozoff, le Pape du funk français… Le gars est partout !

ll devient alors évident de retrouver tout ce background dans un projet qui mûrit depuis des années… Son premier album en solo : Sprayed Love.

C’est Drixxxé (compositeur de Triptik et Mc Luvin’) qui donne dès le départ la couleur générale de l’album puisqu’on le retrouve sur une bonne moitié de la production. Du funk, de la soul, du groove et de la douceur… Dès l’ouverture les cuivres résonnent, puissants sur un track funky mais bien hip-hop, « Fist Funkin’ » ! Xavier tape du poing et son pote A2H vient glisser un petit couplet pour donner le ton ! En anglais comme en français, Xavier vient mixer ses influences : lorgnant du côté de Sly Stone ou Al Green pour la voix, portant le chapeau de Nate Dogg pour la nonchalance, et évidemment empruntant à Drake pour la modernité autant qu’à Pharrell pour l‘élégance. D’un bonbon funky comme « I Won’t Tell You » à un Rn’B planant sur « Groenland », en passant par la soul classique d’un « Amy » rappelant Otis Redding, Xavier digère ses modèles en créant une musique qui ne ressemble à aucune autre… Des guitares électriques s’envolent sur la « Xan Airline », des guitares presque country cette fois-ci (celles de Waxx) s’invitent sur deux reprises folk inattendues, « The Lost Boy » et « Day Is Gone ». Et des guitares encore, empruntées à Funkadelic pour s’exploser la tête avec Gérard Baste sur « On sort encore » !

No Comments Yet.

Leave a comment